Areva : démantèlement ?

« Areva : pourquoi l’Etat dit-il « oui » à la cession des réacteurs à EDF ?

 

L’électricien public EDF « a vocation à devenir actionnaire majoritaire » de l’activité réacteurs d’ArevaAreva-edf

 

 

[…] Le gouvernement a donné son aval à la proposition d’EDF de reprendre la majorité d’Areva NP, c’est-à-dire la division réacteurs du spécialiste du nucléaire qui est en difficulté.

Areva NP emploie environ 15 000 salariés. « Dès à présent, les activités de conception, gestion de projets et commercialisation des réacteurs neufs d’EDF et d’Areva seront rapprochées dans une société dédiée », a expliqué l’Elysée. Ces activités rassemblent environ 1 200 personnes, sur 44 000 salariés.

[…] Ensuite, « sous réserve de la conclusion d’un accord de partenariat stratégique global avec Areva, EDF a vocation à devenir actionnaire majoritaire de la filiale commune Areva NP, qui rassemble les activités industrielles de construction de réacteurs, d’assemblage de combustible et de services à la base installée. Areva conservera une participation stratégique avec un pacte d’actionnaires ».

Areva et EDF, détenus respectivement à 87% et 84,5% par des capitaux publics « finaliseront les principes de ce projet dans un délai d’un mois », selon l’Elysée.

Le groupe a accusé une perte nette de près de 5 milliards d’euros en 2014, en raison notamment d’importantes dépréciations d’actifs. Parallèlement à un plan de cession d’actifs, il a engagé un plan d’économies qui pourrait se traduire par la suppression de 6.000 postes dans le monde, dont 3 000 à 4 000 en France.

En Bourgogne, le géant Areva possède plusieurs sites en Saône-et-Loire (Areva Saint-Marcel, Areva Chalon-sur-Saône et Areva Creusot Forge). » Lire l’article

 

Source : www.france3-regions.francetvinfo.fr

 

 

Publicités